Centre de ressources sur les bilans de gaz à effet de serre
Ministère de la Transition Écologique
ADEME
Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte
Ville de Lille et ses communes associées de Lomme et d'Hellemmes
Hauts de France -  59033 - Lille Cedex
   
Type : Collectivité territoriale (dont EPCI)
Type de collectivité : Communes
Nombre d'agents 6308
Population : 230000

La hauteur des barres représente la part des émissions de chaque catégorie déclarée par l'organisation :

0%
1
18.6
2
2.5
3
0
4
0.1
5
0
6
4.8
7
19.1
8
8.2
9
9.7
10
25.3
11
0
12
0
13
0.1
14
0
15
9.7
16
0
17
0
18
0
19
0
20
0
21
0
22
2
23
0

nc = non communiqué

Scope 1

  • 1. Emissions directes des sources fixes de combustion
  • 2. Emissions directes des sources mobiles à moteur thermique
  • 3. Emissions directes des procédés hors énergie
  • 4. Emissions directes fugitives
  • 5. Emissions issues de la biomasse (sols et forêts)

Scope 2

  • 6. Emissions indirectes liées à la consommation d'électricité
  • 7. Emissions indirectes liées à la consommation de vapeur, chaleur ou froid

Scope 3 calculé

  • 8. Emissions liées à l'énergie non incluse dans les catégories « émissions directes de GES » et « émissions de GES à énergie indirectes »
  • 9. Achats de produits ou services
  • 10. Immobilisations de biens
  • 13. Déplacements professionnels
  • 15. Investissements
  • 22. Déplacements domicile travail

Scope 3 non calculé

  • 11. Déchets
  • 12. Transport de marchandise amont
  • 14. Actifs en leasing amont
  • 16. Transport de visiteurs et de clients
  • 17. Transport de marchandise aval
  • 18. Utilisation des produits vendus
  • 19. Fin de vie des produits vendus
  • 20. Franchise aval
  • 21. Leasing aval
  • 23. Autres émissions indirectes

Le volume de réduction attendu pour les scopes 1 et 2 est de 7540.0 tCO2e

PRINCIPAUX RESULTATS 

36 420 tCO2e ont été émis en 2019 sur le Patrimoine :

  • 21% pour les émissions directes (consommation de chaleur et de froid dans les bâtiments municipaux, carburants des véhicules municipaux)
  • 24 % pour les émissions indirectes liées aux consommations énergétiques (production et transport de l’énergie des bâtiments municipaux)
  • 55% pour les autres émissions indirectes (achats de produits et de services, immobilisation, déplacements professionnels/domicile-travail)

 

4 postes d’émissions sont les plus impactants ou pour lesquels il y a le plus de leviers d’actions :

1/ Energie Patrimoine (17 816 tCO2e = ~45 % des émissions de GES)

2/ Déplacements (2 187 tCO2e = ~6 % des émissions de GES)

3/ Alimentation et achat de denrées alimentaires (3 250 tCO2e = ~8 % des émissions de GES)

4/ Numérique (1 448 tCO2e =  ~4 % des émissions de GES)

Une réduction de 45% des émissions à l’horizon 2030 nécessite une réduction d’environ 16 389 tCO2e soit 1 490 tCO2e/an. L’atteinte du Facteur 6 à l’horizon 2050 suppose de réduire de 2,6% par an en moyenne les émissions de GES par rapport au bilan 2019, soit 979 tCO2e/an.

1/ Energie Patrimoine 

Pilotage technique : Cellule Energie

GT : Cellule Energie, Eclairage Public, Foncière Immobilière, MOCO, Commande Publique, Equipe Transition Ecologique,  Lomme, Hellemmes

Impact GES du poste : 17 816 tCO2e = ~45 % des émissions de GES (2019)

Réductions totales : 13 097 teqCO2, soit 74% (2030) 

Réductions attendues : 8017 teqCO2, soit 45% (2030) ; 14787 teqCO2, soit 83% (2050)

Plans de transition/ Actions de réduction de GES : articulation avec les schémas directeur de rénovation énergétique et foncier immobilier, marché de l’éclairage public…

 

Axes d'action

Actions

Indicateur

de suivi

Gains GES (teqCO2)

 
 

AXE 1

Comportement et sensibilisation

1-1 : Renforcer le dispositif des correspondants énergie

Nombre de correspondants énergie

1320

 

1-2 : Optimiser l'aménagement des bureaux

Gain de surface par rationalisation

264

 

AXE 2

Energies renouvelables

2-1 : Développer la production d'énergie photovoltaïque

Production d'énergie d'origine photovoltaïque

130

 

2-3 : Poursuivre la décarbonation du réseau de chaleur urbain

Facteur d'émission du réseau de chaleur urbain

4181

 

2-5 : Poursuivre le transfert de nos sites chauffés au gaz vers le raccordement au réseau de chaleur urbain

Nombre de sites raccordés au RCU

657

 

2-6 : Raccorder les sites avec un potentiel existant au réseau de chaleur urbain

Nombre de sites raccordés au RCU

193

 

2-7 : Déployer la mise en place de chaufferies biomasse en énergie principale pour le chauffage

Nombre de chaufferies biomasse

111

 

2-9 : Améliorer thermiquement les bâtiments municipaux dans le cadre du programme de rénovation énergétique

Nombre de rénovations

1003

 

AXE 3

Construction

3-1 : Systématiser l'utilisation de matériaux biosourcés pour la construction de bâtiments neufs

Part des matériaux biosourcés lors des constructions

55

 

AXE 4

Efficacité énergétique

4-2 : Anticiper la réglementation sur les fluides frigorigènes

Quantité de fluide par type de fluide

8,5

 

4-3 : Généraliser les dispositifs de détection de présence pour l'éclairage

Consommation d'éclairage

141

 

4-5 : Remplacer la production de chauffage gaz par des PAC performantes

Part du gaz dans les consommations de chauffage

 

4682

 

4-6 : Diminuer la consommation énergétique liée à l'éclairage public

Consommation électrique de l'éclairage public

 

352

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2/ Déplacements 

Pilotage technique : RH, Garage

GT : RH,   Equipe Transition Ecologique, Commande Publique, Direction Générale,  Contrôle de gestion, Mission Handicap, Foncière Immobilière,  Hellemmes, Lomme, un  référent mobilité de chaque pôle 

Impact GES du poste : 2 187 tCO2e = ~6 % des émissions de GES

Réductions totales : 990 teqCO2, soit 45,3% (2026)

Réductions attendues : 984 teqCO2, soit 45% (2030) ; 1823 teqCO2, soit 83% (2050)

Plans de transition/ Actions de réduction de GES : articulation le nouveau PDA 2022-2026 (adoption CM 10 décembre 2021)

Axes d'action

Actions

Indicateur de suivi

Gains GES (teqCO2)

 
 

AXE 1

Les besoins de déplacements

1-1 : Optimiser les tournées internes

Distance mensuelle parcourue pour les tournées

33

 

1-3 : Développement du télétravail et des visio-conférences

Part des réunions à distance
Pourcentage de participants aux réunions à distance

33

 

AXE 2

Les reports de mode de déplacement

2-1 : Partage de la flotte : le POOL

Nombre de véhicules immobilisés par an

155

 

2-2 : Autopartage Citiz

Nombre de kilomètres parcourus en autopartage par mois

155

 

2-3 : Carte TC collective : Ilévia

Part des déplacements sur la métropole réalisée en transports en commun

16

 

2-4 : POOL utilisation des deux-roues

Distance parcourue par les deux-roues du POOL

16

 

2-5 : Prêts vélos et Vélos Longue Durée (VLD)

Nombre de vélos en prêt, de Vélos Longue Durée

50

 

2-6 : Covoiturage

Nombre d'agents exploitant le covoiturage

64

 

2-7 : Ecoconduite

 

164

 

AXE 3

Le verdissement de la flotte

3-1 : Véhicules avec des carburants plus verts

Remplacer les véhicules de la flotte à motorisation thermique par de l'électrique

304

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3/ Alimentation et achat de denrées alimentaires

Pilotage technique : Restauration scolaire, Restaurant municipal 

GT : Restauration scolaire, Restaurant municipal, Commande Publique, Lomme, Hellemmes, Equipe Transition Ecologique, Education

Impact GES du poste : 3 250 tCO2e = ~8 % des émissions de GES

Réductions totales : 92 teqCO2, soit 2,8 % (2030) 

Réductions attendues : 1463 teqCO2, soit 45%(2030) ; 2698 teqCO2, soit 83%(2050)

Plans de transition/ Actions de réduction de GES : articulation avec

  • Approvisionnement pour les denrées alimentaires en cuisine centrale (bio, local)
  • Les repas végétariens à la restauration scolaire de la Ville
  • La lutte contre le gaspillage alimentaire (loi egalim)
  • Le contrat de maintenance de la Cuisine Centrale (coût Wh d’un repas, conso NRJ du bâtiment, NRJ réutilisable…)

 

Axes d'action

Actions

Indicateur de suivi

Gains GES (teqCO2)

 
 

AXE 1

Evolution du restaurant municipal

1-1 : Introduire un menu végétarien par semaine pour tous au restaurant municipal

Nombre hebdomadaire de repas végétarien servis

36

 

1-2 : Ne plus proposer le choix du bœuf quotidiennement

Nombre hebdomadaire de plats de boeuf servis

8

 

1-5 : Limiter et orienter le choix des repas

-

5

 

AXE 2

Optimisation des condtionnements de produits

2-1 : Mettre en place une réflexion logistique concernant la livraison de repas intramuros avec des véhicules propres

suivi des consommations de carburant pour la livraison des repas intramuros

43

 

suivi des distances parcourues pour la livraison des repas intramuros

 

suivi des émissions de GES pour la livraison des repas intramuros

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4/ Numérique

Pilotage technique : Informatique, Archives Municipales

GT : Informatique, Commande Publique, Cellule Energie, Archives Municipales, Risques urbains, Education, Lomme,  Hellemmes, Equipe Transition Ecologique

Impact GES du poste : 1 448 tCO2e = ~4 % des émissions de GES

Réductions totales : 471 teqCO2, soit 32,5 %(2030) 

Réductions attendues : 652 teqCO2, soit 45% (2030) ; 1513 teqCO2, soit 83% (2050)

Plans de transition/ Actions de réduction de GES : articulation avec

- Achats numériques (durée de vie et fin de vie des appareils, reconditionnement recyclage etc, usages, réseaux…)

- Immobilisations informatiques

 

Axes d'action

Actions

Indicateur de suivi

Gains GES (teqCO2)

 
 

AXE 3

Efficacité énergétique

3-1 : Opter pour un refroidissement naturel pour les salles serveurs

Consommation d'électricité pour la climatisation des salles serveurs

6

 

AXE 4

Achats responsables et durée de vie

4-1 Augmenter la durabilité du matériel

Durée d'immobilisation observée des équipements informatiques par typologie

64

 

4-2 Permettre le réemploi des équipements

Durée d'immobilisation observée des équipements informatiques par typologie

128

 

4-3 Inclure des critères de durabilité dans les marchés

Non mesurable

273

 

 

 

 

1.1Périmètre d’étude

1.1.1Année de référence

L’année de référence retenue pour réaliser le Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre des communes associées de Lille, Lomme et Hellemmes est l’année 2019.

1.1.2Nombre d’agents

Les effectifs recensés sur les villes de Lille, Lomme et Hellemmes en 2019 sont présentés dans le tableau ci-dessous. Ils sont exprimés en nombre d’agents et en ETP pour les agents permanents et en nombre d’agents uniquement pour les agents non-permanents. Le nombre d’ETP pour les agents non-permanents n’est pas disponible car il s’agit dans la plupart des cas de contrats de type « contractuels horaires ». Le nombre d’agents total pour les 3 villes (permanents et non-permanents confondus) est de 6 308 agents en 2019.

 

Lille

Hellemmes

Lomme

Total

Agents permanents 

Nombre d’agents

3 495*

513*

553

4561

ETP

3 224*

474*

522

4220

Agents non permanents 

Nombre d’agents

1 335*

196*

216

1747

 

Tableau 2 : Effectifs des ressources humaines en 2019 sur les villes de Lille, Lomme et Hellemmes

Source : Données transmises par le Pôle Ressources Humaines de la Ville de Lille et mises en forme par ALTEREA

* Les chiffres globaux pour les trois villes ainsi que pour la ville de Lomme individuellement ont été transmis par le pôle Ressources Humaines de la Ville de Lille. Les effectifs pour les villes de Lille et Hellemmes ont été estimés sur la base des effectifs transmis et au prorata du nombre d’habitants par ville.

L’action en faveur du climat et de l’environnement s’inscrit nécessairement dans un mouvement à la fois planétaire et de proximité, qui mobilise massivement les institutions publiques et privées ainsi que les citoyens. A son échelle, la Ville de Lille agit depuis de nombreuses années pour lutter contre le changement climatique et s’adapter à ses impacts sur le territoire, avec un objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45 % d’ici 2030 et atteindre la neutralité carbone bien avant 2050.

L’année 2021, première année pleine de ce nouveau mandat, est une année particulièrement importante pour l'ambition de transition écologique juste de la Ville de Lille. C’est d’abord une année fondamentalement structurante au cours de laquelle elle a repensé l’organisation municipale, tant au niveau du pilotage politique porté par Audrey Linkenheld, Première Adjointe déléguée à la  Transition Ecologique et au Développement Soutenable, que technique, avec la création de la Mission Transition Ecologique et Résilience rattachée à la Direction Générale et pilotée par Caroline LUCATS, DGA – A à la Transition Ecologique. 

En juin 2021, la Ville de Lille a adopté le Plan lillois pour le climat qui constitue la feuille de route de la Ville de Lille en matière d’action climatique et de transition écologique jusqu’en 2026. Reprenant l’architecture du Plan climat air-énergie territorial adopté par la Métropole européenne de Lille en février 2021 , il s’articule autour de 3 ambitions (neutralité carbone, résilience, solidarité) et de 10 priorités (énergie, mobilité, aménagement, habitat, production-consommation, air-santé, adaptation, gouvernance, moyens, exemplarité) auxquelles sont systématiquement associés des objectifs chiffrés et des indicateurs de suivi. Elle s’est également dotée des moyens, compétences et documents cadres (BEGES Patrimoine et Organisation (Scopes 1,2,3); Budget Climat ; SPASER ; PDME ; Feuille de Route Economie Circulaire ; Pacte Bas Carbone). Le suivi des actions, indicateurs climat et de la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre sur son Territoire et son Patrimoine est réalisé dans le Rapport Développement Durable. 

La Ville de Lille, avec ses communes associées de Lomme et d’Hellemmes, est également engagée dans un processus de labellisation de sa politique climat air énergie et a obtenu en novembre 2013 et en novembre 2018 le label Cit’ergie, déclinaison française du label européen European Energy Award (EEA), qui récompense les collectivités menant des politiques de transition climatique et énergétiques ambitieuses. Au terme du 2ème cycle de 4 ans, la Ville de Lille a obtenu le score de 58,1% soit 3 étoiles.

 

Pour établir le bilan des émissions de GES, ALTEREA utilise la méthode Bilan Carbone® de l’Association Bilan Carbone, et plus précisément l’outil associé en version 8.5. La méthode Bilan Carbone® prend en compte 3 niveaux d’émissions de GES :

  • Les émissions directes liées à la consommation directe d'énergie des sources fixes et mobiles appartenant à l’entité auditée (par exemple, les émissions résultant des consommations de carburants des véhicules) : scope 1 ;
  • Les émissions indirectes liées à la consommation directe d'énergie, mais qui engendrent des émissions hors du périmètre de l’entité auditée : électricité, vapeur, et chaleur issue de réseaux de chaleur externes : scope 2 ;
  • Les émissions indirectes liées à une part des services et produits achetés qui sont nécessaires au fonctionnement de l’entité auditée : scope 3.

  • Pour réaliser cet état des lieux, la méthode s’appuie sur les flux physiques de préférence et associe aux différentes données d’entrée un facteur d’émission permettant de les convertir en émissions de gaz à effet de serre.

    Le Bilan Carbone® a ainsi recours à une méthode de calcul à partir de données facilement accessibles, dites « données d’activité », telles que des consommations énergétiques en kWh, des kilométrages, des tonnes de matériaux achetés, etc.

    Le tableur présente des résultats agrégés par « poste d’émission » de la méthode : Energie, Intrants (achats), Déplacements, Immobilisations, etc. Ces postes ont été définis pour que la présentation soit plus parlante et interpelle les personnes concernées par les résultats. L’objectif est d’inciter à l’action de réduction des émissions par l’appropriation du résultat au sein de l’entité étudiée.

    Il est important de préciser que le Bilan Carbone® n’a pas vocation à effectuer des comparaisons entre des entités similaires. En effet, du fait de la multiplicité des données d’entrée et notamment du périmètre choisi, les critères ne sont jamais identiques (surfaces et caractéristiques des bâtiments, nombre d’agents, nombre d’unité d’œuvre, périmètre d’intervention, etc.). De plus, il s’agit avant tout d’un outil d’aide à la décision dont l’objectif est de dégager des priorités d’actions sur les principaux postes d’émissions et de déterminer des objectifs de réduction.

    Le 19 avril 2021, le Ministère de la Transition écologique (MTE) a lancé une consultation publique sur un projet de décret qui vise à mettre à jour les dispositions réglementaires relatives aux BEGES. Ce projet de décret propose notamment d’élargir le périmètre des émissions obligatoirement prises en compte dans l’établissement du BEGES en intégrant désormais l’ensemble des émissions indirectes significatives qui découlent des opérations et activités de l’organisme (conformément aux évolutions des normes en la matière).

    Il modifie également la réglementation afin de la mettre en cohérence avec les évolutions apportées par la loi énergie-climat (loi n°2019-1147 du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat). Celle-ci avait apporté des modifications concernant la réalisation des BEGES notamment :

  • le plan d’action est remplacé par un plan de transition pour réduire les émissions de GES, plus précis et exigeant quant à son contenu (il doit présenter les objectifs, moyens et actions envisagés à cette fin) ;
  • la sanction maximale en cas de non-réalisation du BEGES est portée à 10 000 €, voire le double en cas de récidive, contre 1 500 € antérieurement.
  • 1.1.1Les postes étudiés

    Pour réaliser le Bilan des Émissions de Gaz à Effet de Serre « Patrimoine et Services » des communes associées de Lille, Lomme et Hellemmes, sept postes d’émissions de GES ont été considérés :

    Poste

    Détail des postes étudiés

    Scope

    Energie

    Les consommations énergétiques (gaz, électricité, réseau de chaleur, etc.) liées au fonctionnement des bâtiments.

    1 et 2

    Energie Process

    Les consommations d’électricité relatives à l’éclairage public.

    3

    Climatisations

    Les émissions dues aux fuites de fluides frigorigènes des équipements de climatisation.

    1

    Déplacements

    Déplacements domicile-travail des agents

    Déplacements professionnels réalisés avec la flotte de véhicules des collectivités

    Consommations de carburant des engins et matériels utilisés par les services des villes

    1, 2 et 3

    Achats de biens et de services

    Biens nécessaires au fonctionnement de la ville (papier, produits d’entretien, matériaux, etc.)
    Services achetés (maintenances, nettoyage, assurances)

    3

    Immobilisations

    Parc de bâtiments

    Parc de véhicules

    Parc informatique

    Mobiliers

    Investissements divers

    3

     

    Tableau 3 : Postes étudiés dans le BEGES

    Source : ALTEREA

    Conformément à la méthodologie Bilan Carbone  appliquée aux collectivités, la collecte de déchets ne faisant pas partie des compétences des villes de Lille, Lomme et Hellemmes, les émissions de GES associées à cette compétence ne sont pas reportées dans ce Bilan Carbone®. Ces émissions sont toutefois reportées dans le BEGES de la Métropole européenne de Lille (MEL), en charge de cette compétence.

Responsable du suivi Marjorie FAVIER 
Fonction cheffe de projet Transition Ecologique
Courriel mfavier@mairie-lille.fr
* Champs obligatoires
71069 membres inscrits
5311 facteurs d'émissions validés
4532 bilans GES publiés
19 guides sectoriels