Centre de ressources sur les bilans de gaz à effet de serre
Ministère de la Transition Écologique
ADEME
Réduire la taille du texte Agrandir la taille du texte
MAIRIE DU HAVRE
Normandie -  76084 - LE HAVRE
   
Type : Collectivité territoriale (dont EPCI)
Type de collectivité : Communes
Nombre d'agents 3513
Population : 174728

La hauteur des barres représente la part des émissions de chaque catégorie déclarée par l'organisation :

0%
1
61.4
2
8.3
3
0
4
0
5
0
6
15
7
15.3
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23

Le déposant n'a pas souhaité afficher les valeurs calculées de son scope 3. Elles ne sont donc pas représentées dans le graphe ci-dessus

nc = non communiqué

Scope 1

  • 1. Emissions directes des sources fixes de combustion
  • 2. Emissions directes des sources mobiles à moteur thermique
  • 3. Emissions directes des procédés hors énergie
  • 4. Emissions directes fugitives
  • 5. Emissions issues de la biomasse (sols et forêts)

Scope 2

  • 6. Emissions indirectes liées à la consommation d'électricité
  • 7. Emissions indirectes liées à la consommation de vapeur, chaleur ou froid

Le volume de réduction attendu pour les scopes 1 et 2 est de 4138.0 tCO2e

Chef-lieu d’arrondissement de Seine-Maritime, Le Havre est, avec plus de 170 000 habitants, la plus grande ville de Normandie et la plus grande sous-préfecture de France. Le patrimoine et les compétences de la Ville du Havre en tant que collectivité présentent les caractéristiques suivantes :

  • 3500 agents municipaux sont employés par la Ville,

  • Le parc immobilier municipal compte plus de 600 bâtiments pour environ 740 000m2,

  • Le parc automobile municipal dispose de 500 véhicules légers, 150 fourgons, 25 poids lourds/bennes,

  • Presque 20 000 points lumineux constituent l’éclairage public géré par la Ville,

  • La Ville exerce plusieurs compétences propres : développement durable et environnement, espaces verts, voiries, urbanisme, patrimoine, propreté, sécurité municipale, culture, tourisme, développement social, sport et famille.

La Ville du Havre poursuit depuis 2003, une démarche continue d’intégration du développement durable au coeur de ses politiques. Après deux programmes d’action (2006 et 2010), elle a consolidé sa stratégie en formalisant en 2013 un nouvel Agenda 21 qui offre une vision panoramique des perspectives de la Ville avec pour ambition : « Le Havre – Ville Durable ». Il tend à fixer le cap des prochaines années en complémentarité avec les projets social, urbain et culturel.      

La démarche Bilan Carbone au centre du PCET de la Ville est portée par sa volonté d’exemplarité depuis 2008. En effet, le lancement du Plan Climat national en 2004 et son actualisation en 2006 visait à permettre à la France de tenir les engagements qu’elle a pris lors du protocole de Kyoto. Dans ce cadre, l’Etat a fortement incité les collectivités de plus de 100 000 habitants à mener une politique en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. C’est pourquoi la Ville s’est engagée à agir activement sur les leviers à sa disposition pour diminuer les émissions liées à son patrimoine et ses services. La démarche a débuté par la réalisation d’un Bilan Carbone® Patrimoine et services complet sur l’année 2007 dans l’optique de définir la politique en faveur de la lutte contre le changement climatique mais aussi en préfiguration à un éventuel plan climat territorial envisagé à l’échelle de l’agglomération.

        Cette étude s’est appuyée sur une importante collecte de données numériques permettant de quantifier les flux d’énergies, de personnes et de matières générés par la Ville. Chacun de ses flux génère des émissions qui sont valorisées grâce à des facteurs de conversion issus d’études environnementales. Ainsi, l’ensemble des activités municipales a engendré l’émission de 32 500 tonnes équivalent CO2 en 2007. L’élaboration d’une vision quantifiée des émissions des activités de la Ville a permis d’identifier les sources principales d’émissions de gaz à effet de serre. Les résultats révèlent trois impacts majeurs : les consommations directes d’énergies, la construction des bâtiments (immobilisations), les déplacements des personnes. Au regard des enjeux associés au réchauffement climatique et à la raréfaction des ressources énergétiques fossiles, la publication de ces résultats a amené la Ville à adopter un objectif de maîtrise des émissions. Cet objectif a été fixé en conformité avec les engagements nationaux « Facteur 4 », ce qui équivaut à une réduction de -3,2%/an des émissions.

        Un suivi annuel des émissions des activités pour lesquelles des plans d’actions ont pu être mis en œuvre et étaient mesurables à court terme a ensuite été mis en place dès 2010. L’indicateur global « émissions de GES liées aux pratiques de la collectivité » est ainsi suivi annuellement sur la base des consommations propres d’énergies de la collectivité tout comme des sous-indicateurs comme la consommation d’énergie. La comptabilité carbone annuelle est réalisée en interne et auditée par un cabinet d’études externe.

      Sur son territoire, la Ville amplifie aussi son action en faveur de la réduction des dépenses énergétiques par l’amélioration des performances environnementales des habitations. En effet, la politique de développement social de la Ville au travers du dispositif OPAH-RU souhaite répondre à la volonté de lutte contre l’habitat indigne et dégradé. La Ville investit aussi le territoire des mobilités durables en formalisant ses engagements à travers un plan destiné à privilégier les modes de déplacement alternatif à la voiture individuelle. Mieux se chauffer et mieux se déplacer sont deux priorités pour la collectivité car les enjeux liés au carbone sont environnementaux mais aussi économiques puisque l’augmentation des cours des énergies fossiles fait peser un risque de précarité énergétique sur une partie de la population. Ces deux aspects font émerger la nécessité de repenser les fonctionnalités de la Ville pour concourir à l’atténuation des émissions mais aussi à l’inévitable adaptation du territoire. Plus globalement, l’impact des formes urbaines sur les émissions de ges du territoire sera traité au travers de la grenellisation du plan local d’urbanisme à réaliser d’ici fin 2015. Sur tous ces points, la Ville souhaite contribuer à l’objectif ambitieux mais réaliste fixé par la Communauté d’agglomération pour le territoire de la Codah soit une réduction de 17% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 (hors activités d’intérêt national et international).

Les émissions directes de catégorie 1 générées sur les sites et services de la collectivité incluant les postes suivants :

  • Emissions directes des sources fixes de combustion (eg combustion d’énergie pour les bâtiments),

  • Emissions directes des sources mobiles à moteur thermique (eg consommation de carburant des véhicules du parc automobile),

Responsable du suivi Cecile ANDICOECHEA 
Fonction Chargee de projets Environnement
Courriel cecile.andicoechea@lehavre.fr
* Champs obligatoires
71070 membres inscrits
5311 facteurs d'émissions validés
4532 bilans GES publiés
19 guides sectoriels