Empreinte carbone huile végétale

Pialat Yannick
Messages : 1
Inscription : 07 Juillet 2022, 07:12

Empreinte carbone huile végétale

Messagepar Pialat Yannick » 27 Juillet 2022, 07:52

Bonjour,
Nous sommes une entreprise industrielle, nous utilisons de l'huile végétale pour la fabrication de résines.
Mon responsable est convaincu qu'une huile végétale agit comme un puit de carbone : elle stocke du CO2 plutôt que d'en émettre.
Il cite par exemple le cas de l'huile d'olive : https://cuvee-privee.com/blog/les-bienf ... lions%20d'
qui stockerait 10Kg de Co2 / Litre d'huile...
J'imagine que l'empreinte carbone dépend énormément du mode de culture et du type de végétal...
Qu'en est-il réellement ? Avez-vous des données à partager pour pouvoir se faire une idée de la réalité ?
En ce qui nous concerne, nous utilisons de l'huile de ricin : avez-vous des données sur le facteur d'émission de cette huile en particulier ?
Merci,
Cordialement,
Yannick Pialat

Avatar de l’utilisateur
Administrateur ADEME
Messages : 896
Inscription : 25 Mars 2015, 15:34

Re: Empreinte carbone huile végétale

Messagepar Administrateur ADEME » 25 Août 2022, 09:32

Bonjour Yannick,

Dans les inventaires d'émissions classiques, certaines règles sont admises. Exemple:
- Seule les émissions de CO2 d'origine fossile sont comptabilisées dans les inventaires de GES (les émissions de CO2 d'origine biogénique n’"alourdissent" pas le bilan car leur cycle d'émission / stockage est relativement cours (de l'ordre de quelques années) par rapport aux émissions de Carbone fossile stocké depuis des millions d'années)
- les puits carbone doivent correspondre à des stockages longs (ex : une poutre de bois immobilisées plus de 100 ans dans une habitation sera considérée comme du stockage, au contraire de la buche de bois brulée chaque hiver)

Il y a donc une notion de "temporalité" à intégrer dès lors que l'on parle de stockage carbone.

Dire qu'un produit alimentaire ou qu'un arbre contient du carbone stocké est vrai .... mais cette vision réduite ne prends pas en compte la "durée de vie" du produit (et notamment sa fin de vie qui généralement relargue des émissions de CO2).

Si l'on prends le cas de l'huile d'olive :
- le contenu de carbone stocké dans l'huile sera plus ou moins rejeté dans l’atmosphère (après digestion par le consommateur par exemple). Mais comme il s'agit de carbone "biogénique", cette émission ne sera pas comptabilisée dans les inventaires de GES
- le contenu de carbone stocké dans l'arbre risque se retrouver dans l'atmosphère sur une échelle de moins de 100 ans ex : incendie, arrachage des arbres liés à une maladie, etc... Ici encore et dans ces cas, les émissions ne seront pas comptabilisées (mais le stock carbone non plus).
En revanche, la partie de carbone stockée dans le sol pourra être comptabilisée comme un puit carbone.
Dans certains cas, planter une oliveraie en remplacement à une forêt dense, une forêt primaire, etc... va entrainer une diminution de ce stockage de carbone au sol (ou de la captation de carbone atmosphérique). L'effet est ici préjudiciable.


En conclusion :
- Le poids carbone de votre huile va dépendre des émissions de CO2 d'origine fossile : process de culture, de fabrication, etc...
- vous pouvez trouver des ordres de grandeurs de poids carbone d'huile via agribalyse : https://agribalyse.ademe.fr/app/aliments?search=huile
- concernant l'huile de ricin, le résultat d'ACV peut vous donner des ordres de grandeurs. Exemple : https://www.researchgate.net/publicatio ... _wheel_LCA
- Si votre huile est "immobilisée" plusieurs dizaines d'années sans dégradation chez votre client, la notion de stockage carbone peut être étudiée.
- la notion de stockage de carbone lié à la culture peut aussi être étudiée (sous réserve qu'il n'y ait pas eu de changements d'affectation de sols récents, etc...)

Bien cordialement

Laurent


Revenir vers « Les données achats de biens et services »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité