FE des transports actifs

Servant Nicolas
Messages : 22
Inscription : 31 Octobre 2020, 14:20

FE des transports actifs

Messagepar Servant Nicolas » 28 Juin 2022, 13:40

Bonjour,
Je peine à trouver des informations quant à l'impact carbone de la marche et du "vélo classique". Il ne semble pas y avoir de FE conventionnel nul pour ces modes de transports (ou alors je n'ai pas vu passer l'info.).
Si on tient compte de l'empreinte carbone de l'énergie qui fait avancer les voitures, pourquoi ne considère t-on pas plus souvent l'empreinte de l'énergie qui fait avancer le vélo ou le corps humains qui marche ?

Le Shift Project a estimé des FE de la marche et du vélo dans la publication Étude comparative de l’impact carbone de l’offre de véhicules
Il y aussi MonMatchCarbone Game earth en partenariat avec BL Evolution qui prennent en compte le surplus de ration alimentaire nécessaire à l'effort physique.

Mais je n'ai rien trouvé dans le tableur Bilan Carbone, dans la Base Carbone ou dans les quelques publications que j'ai feuilleté à sur l'impact carbone des transports.
Est-ce un trou dans la raquette ? Sinon, quelle explication est donnée au fait que l'on ne compte pas l'impact carbone de l'énergie qui alimente les transports actifs ?

Avatar de l’utilisateur
Administrateur ADEME
Messages : 901
Inscription : 25 Mars 2015, 15:34

Re: FE des transports actifs

Messagepar Administrateur ADEME » 28 Juin 2022, 16:21

Bonjour,

Quelques différentes remarques :

- 1/ Si on était rigoureux, dans le poids carbone des mobilités "actives", seraient pris en compte les infrastructures, les équipements .... (ex : fabrication des chaussures (usure de la semelle...) pour la marche, fabrication du vélo ....etc.). Même si dans la plupart des cas, cet impact "amont" ramené au km parcouru devient négligeable, des améliorations dans la comptabilité sont à apporter.

- 2/ Concernant l'énergie "humaine" nécessaire à ces mobilités, elle existe bien .... et génère des émissions de CO2 associées (= respiration).
Les inventaires d'émissions traditionnels ne prennent en compte que les émissions de CO2 d'origine fossile (= carbone enfoui dans le réservoir "Terre" et relâché dans l'atmosphère). Le carbone d'origine "biogénique" n'est pas comptabilisé (car cycle court / réémission du carbone déjà présent historiquement dans l'atmosphère). Le CO2 provenant de la respiration en fait parti (= carbone issu des aliments ... d'origine non fossile).

- 3/ Lorsque vous faite un Bilan Carbone, vous comptabilisez les aliments consommés dans le poste "intrant". Il n'y a donc pas de "trous dans la raquette"

- 4/ le lien entre une "surémission" de CO2 (induit par un surplus de ration alimentaire) et activité physique n'est pas si évident que ça :
* sur les émissions directes : le repas d'un cycliste, même avec 2 plats de pâtes ne sera pas forcément supérieur à celui d'une personne "lambda" qui consomme des aliments à fort poids carbone .... (un kg de "pates à la Carbonara" à un poids carbone plus de 15 fois inférieur à celui d'un kg de "Boeuf - à bourguignon ou pot-au-feu, cuit". Source : Agribalyse / Base Carbone)
* sur les émissions indirectes : Les impacts indirects liés aux conséquences de la sédentarité sur le système de santé (et qui peuvent impliquer des traitements médicamenteux sur le long terme) devraient, globalement, être moins importants auprès des utilisateurs de transports actifs, etc....

Bien Cordialement

Laurent

Servant Nicolas
Messages : 22
Inscription : 31 Octobre 2020, 14:20

Re: FE des transports actifs

Messagepar Servant Nicolas » 04 Juillet 2022, 15:03

Globalement, je comprends qu'à défaut de disposer d'une ligne explicite de comptabilité, mieux vaut ne rien compter pour les transports actifs sauf éventuellement l'immobilisation du vélo et des chaussures, c'est cela ?
Ce qui m'interpelle aussi, c'est de voir que l'étude du Shift Project en lien ci dessus (p65) estime bien cet impact carbone de la marche : entre 18gCO2e/km et 130g en fonction du régime alimentaire.

Une remarque :

Vous dites qu'il faudrait que le FE des transports actifs intègre le poids carbone des infrastructures ou des conséquences sanitaires. Mais je ne crois pas que les FE des autres moyens de transports intègrent les infrastructures et leurs conséquences sanitaire, si ?
A la rigueur, si on devait inclure la santé dans les FE des transports actifs, l'impact carbone serait alors probablement en défaveur des transports qui allongent la durée de vie puisqu'ils maintiennent une forte démographie. :( En explorant cette voie, ne risque t-on pas de donner une sorte de prime carbone au caractère accidentogène ?

Avatar de l’utilisateur
Administrateur ADEME
Messages : 901
Inscription : 25 Mars 2015, 15:34

Re: FE des transports actifs

Messagepar Administrateur ADEME » 06 Juillet 2022, 09:06

Bonjour,
Globalement, je comprends qu'à défaut de disposer d'une ligne explicite de comptabilité, mieux vaut ne rien compter pour les transports actifs sauf éventuellement l'immobilisation du vélo et des chaussures, c'est cela ?

C'est en tout cas ce qui est généralement fait dans les comptabilités carbone aujourd'hui.

Ce qui m'interpelle aussi, c'est de voir que l'étude du Shift Project en lien ci dessus (p65) estime bien cet impact carbone de la marche : entre 18gCO2e/km et 130g en fonction du régime alimentaire

Si vous avez des éléments tangibles, vous pouvez bien évidemment les comptabiliser dans votre comptabilité carbone (cf point 3/ de mon précédent post).....
L'idée du point 4/, peut être mal exprimée, était que dans les faits, il n'était pas simple de relier directement un "km" de mobilité active à une augmentation d'émission de CO2....Exemple de questions personnelles auxquelles je n'ai pas de réponses .... et qui mériterait d'être complétées par des études plus approfondies :
- vais je fondamentalement changer de menu alimentaire si je fais 3km en vélo pour me rendre au travail par rapport à un autre mode de transport? Ma potentielle "sur consommation" sera t'elle représentative ou plus impactante que celle d''un menu standard?
- pour les plus "sportifs", l'activité supplémentaire correspondant à un métabolisme accéléré (respiration accélérée, activité musculaire et cardiaque supérieure) lors de la mobilité active n'est elle pas compensée par les périodes de repos (pendant laquelle le battement cardiaque est généralement moins important que pour les personnes sédentaires),
- etc...


Bien Cordialement

Laurent


Revenir vers « Les données transport »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité